Vous êtes ici

Cas cliniques (vidéos & documents PDF)

Le but de cette rubrique est de partager avec un grand nombre de confrères les hypothèses diagnostiques et les conséquences en matière de stratégie thérapeutique au travers de l'étude d’un cas clinique précis. Nous constatons les bienfaits didactiques de cette démarche auprès des utilisateurs du service «SOS-bilans».

Vous trouverez aussi des cas sous forme de videos.

Cas clinique n° 1 : un cas d'allergie

Le premier cas, présenté ici est démonstratif pour plusieurs raisons :

  1. Il s’agit d’un succès thérapeutique (pour un premier cas vous n’auriez pas attendu moins …),
  2. Il démontre avec une clarté indéniable que le bilan de protéomique fonctionnelle peut éclairer d'une toute autre lumière un diagnostic clinique établi (dans ce cas « allergie »),
  3. Il démontre tout autant que si la démarche analytique est correcte, les suites thérapeutiques logiques, doivent mener au succès.

Lire la suite dans fichier pdf

Retour haut de page

Cas clinique n° 3 : intérêt de suivre le traitement de fond proposé avec le bilan

Ce nouveau cas clinique illustre l'intérêt de suivre le traitement de fond proposé avec le bilan, y compris et surtout sur une longue période.

Il s'agit d'une femme de 68 ans qui a présenté une paralysie faciale a frigore 3 mois auparavant, et qui consulte le 11/10/2005 car elle n'a aucune récupération. En fait elle avait eu une impression d'amélioration très partielle avec de l'acupuncture, mais qui n'avait pas tenu dans le temps et elle était revenue à son état antérieur au bout de quelques jours. Un examen par IRM était normal, à l'exception de stigmates de sinusite sphénoïdale.
Un essai de traitement par corticoïdes avait rapidement été interrompu car l'excitation engendrée était insupportable.

Lire la suite dans fichier pdf

Retour haut de page

Cas clinique n° 4 : relation entre génome et protéome

Ce quatrième cas clinique met en lumière la relation entre génome et protéome grâce au bilan de Jutta (39 ans) et de ses deux fils de 14 et 9 ans.

Antécédents

2001 traitement chirurgical d‘un abcès inguinal, examen en milieu hospitalier pour toux persistante (hyperréactivité bronchiale).
2002 examen neurologique pour céphalées tensionnelles, examen urologique pour hématurie.

Plaintes

En mai 2005 vertige aigu avec nausées, céphalées et diminution de l‘audition. Thérapie ambulatoire sous forme de médication sédative et antiémétique, qui montre une amélioration passagère. Après 15 jours néanmoins aggravation prononcée des vertiges, situation dramatique avec hyperventilation, incitant le médecin de garde à l‘hospitalisation par ambulance...

Lire la suite dans le fichier pdf

Retour haut de page

Cas clinique n° 5 : relation entre les tests verts (glyco-protéines) et les phénomènes inflammatoires

Ce cinquième cas clinique rédigé par le Dr Helmut Sauer (Waldbronn, Allemagne), illustre bien la relation entre les tests verts (glyco-protéines) et les phénomènes inflammatoires, ici dans une spondylarthrite.

Antécédents

1972 Premières plaintes (à l‘âge de 21 ans)
1982 Diagnostic posé de manière certaine
1999 Pose d’une prothèse totale de la hanche droite

Le cas

Première consultation en 1987 pour gonalgies bilatérales et dorsalgies. Le patient va bien pendant plusieurs années (1987-1997)...

Lire la suite dans le fichier pdf

Retour haut de page

Cas clinique n° 6 : de la relation entre Oméprazole et le football...

Monsieur J.F., né le 15/08/1986 (22 ans)
Ce cas clinique illustre de manière originale le lien entre la malabsorption lipidique et la fatigue chronique.

Antécédents

2000 : mononucléose infectieuse
août 2004 : lipides étonnamment basses lors d’une biologie classique pour fatigue persistante
mai 2006 : ostéosynthèse pour fracture du péroné, périostite du tibia post-traumatique

Le cas

Ce jeune homme vient au cabinet médical en juin 2005 pour une fatigue persistante depuis 5 ans. Il a besoin de beaucoup de sommeil (12 h par jour). Ses plaintes culminent en automne (octobre-novembre) et s’améliorent après le nouvel an : il attribue cela à ses activités intenses de footballeur (4 fois par semaine; il se sent plus mal après le début de la saison mais va mieux après la trêve hivernale)...

Lire la suite dans le fichier pdf

Retour haut de page

Cas clinique n° 7 : un train peut en cacher un autre...

Madame M.C. née le 18/09/1946 (62 ans)
Encore une mise en évidence de l'importance des tests lipidiques du bilan dans la douleur chronique.

Antécédents

Familiaux : grand-père maternel : épilepsie
1954 : eczéma atopique,
1959 : intoxication au CO,
1960 : fatigue, douleurs musculaires, foyers dentaires multiples,
1968 : 1ière grossesse, jumeaux, dont 1 mort in utero à 4 mois de la grossesse,
1971 : 2ième grossesse, naissance normale,
1972 : infiltrations épidurales pour douleur rachidienne,
1993 : ménopause,
1995 : curetage,
1998 : iode radioactif pour nodule thyroïdien chaud,
avril 2008 : DMLA sèche (gauche)

Le cas

Cette dame vient se présente au cabinet médical en septembre 2008, munie d’un dossier médical survolumineux, témoignant d’un shopping médical abusif, aussi bien en médecine classique qu’alternative; elle parvient à peine à le transporter, voire à le comprendre ou à le synthétiser, m’enterrant sous une avalanche de protocoles techniques afin de me prouver la véracité de sa souffrance ! Elle est en arrêt de travail depuis 1975, âgée de 29 ans (à sa propre initiative, non-reconnu par la sécurité sociale), pour douleur chronique depuis 1971...

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n° 8 : A propos de l'hyperbleu...

Mme Kerstin R. , °12/02/1978

Antécédents

Absence d’antécédents chirurgicaux
Pas d’allergies connues
Immunisée > mononucléose
Terrain familial héréditaire > diabète
Tendance à l’anémie ferriprive depuis 2002, probablement par menstruation intense; substituée au fer
Décembre 2004 : plaintes au niveau de l’abdomen supérieur, ictère (bilirubine 6,16 mg/dl, gamma GT 121 U/l, SGOT 502 U/l, GPT 516 U/l) - échographie sans particularités - sérologie des hépatites virales négative : diagnostic hypothétique = réactivation de la mononucléose (documentée par altération du niveau d’anticorps). Retour des transaminases à la norme vers février 2005
2005 : exérèse d’une petite tumeur sécrétante à la lèvre inférieure - Ana path : inflammation histiocytaire

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n° 9 : la redécouverte de la gemmothérapie !

Mr. H.H. , né le 3.10.1948

Diagnostic

Hypertension artérielle, troubles du métabolisme lipidique, névralgie du trijumeau.

Antécédents

1986 début d‘une névralgie du trijumeau NV, 2 gauche, traitée avec Carbamazepine.    
1995 récidive de la névralgie, même branche, traitée avec Aciclovir. Douleur très intense, ne répondant qu‘à de hautes doses d‘analgésiques, avec beaucoup d‘effets secondaires (tête lourde, altération caractérielle, perte de la capacité de travail).
1999 infection intestinale avec Shigella et Gardia lamblia, traitée avec Metronidazol: depuis lors, intolérance de produits laitiers frais.
Sa mère présente une forme bénigne d‘épilepsie depuis l‘âge de 75 ans.
Août 2006 : suite à la visite d‘une mine (environnement froid-humide, pieds trempés) cystite, avec récidive en février 2007.

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n°10 : troubles immunologiques du système MALT

Michelle M.,  née 3.01.1990

Antécédents

Plaintes abdominales depuis plusieurs années : crampes et selles en bouillie après chaque repas ; troubles du sommeil ; palpitations.

Données de laboratoire :

  • Anticorps anti-gliadine négatifs
  • Réaction IgG4 nette pour :
    • avoine > 100 kU/l
    • farine de froment > 100 kU/l
    • farine de seigle 98,82 U/l
    • oeuf > 100 kU/l
    • caséine 78,35 kU/l
    • arachide > 100 kU/l

Hypothèse de travail du médecin de famille

Colopathie fonctionnelle, en combinaison avec intolérances alimentaires + composante psychique marquée.

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n°11 : Le Croton Lechleri en pleine action

Mme. H. M. , °20/07/1954

Antécédents

  • depuis 1996 : fatigue chronique
  • depuis 1996 : phénomène de Raynaud
  • 2000 : diagnostic de myopathie nécrosante auto-immune (MNAI)

Lire la suite dans les fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n°12 : D’abord l’inflammation ou d’abord la résistance à l’insuline ?

Mme. Ilse V. , °02/10/1977

Antécédents

  • personnels: néant
  • médication: pilule (Deso 30)
  • familiaux: grand-mère maternelle diabète, grand-père paternel goutte, père (IMC 27) bilan hypervert(fasciite plantaire chronique)

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n°13 : CRP-hs, dites-vous ?

Mr. Dominique V. , °25/01/1963

Antécédents

  • ouvrier (entretien d’instruments - métaux nonferreux)
  • traité pour HTA depuis 1995 (surpoids)
  • 2002: chondromalacie de la rotule (dr)
  • 2003: régime amaigrissant x surmenage
  • 2005: syndrome de stress
  • 2005: parésie vésicale passagère
  • 2007: varicectomie (dr)
  • 2009: rupture traumatique de la coiffe des rotateurs (dr)
  • familiaux: 2 soeurs diabétiques, mère: HTA, insuffisance rénale, hypothyroidie, hyperlipidémie

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n°14 : dépistage précoce d'une gammapathie monoclonale

M. GE MY, ♂, ° 20/05/1940

Antécédents

  • Il est suivi depuis des années pour des troubles aller-giques (rhinite allergique chronique avec exacerba-tion saisonnière) ainsi que pour une tendance an-xieuse.
  • Il a comme principal antécédent un cancer papillaire thyroïdien opéré en 1994 et suivi régulièrement par son endocrinologue.
  • et un adénome prostatique avec traitement par alpha-bloquant.
  • Il souffre également de douleurs lombaires et scapu-laires chroniques sur un fond d'arthrose.

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n°16 : Immunité intestinale et blessures sportives réitératives

Mr. Kristof D., °14/11/1980

Antécédents

  • ouvrier (carrossier dans la construction d’autobus)
  • douleurs lombaires basses chroniques (liées à son emploi)
  • sport intensif : football (3-4 x / sem.), vélo, jogging
  • épisodes isolés de précordialgies atypiques (la nuit, pendant plusieurs heures), pour lesquelles le méde-cin de famille a prescrit un inhalateur à base de bé-clométhasone / formotérol
  • épisodes récidivants de rhume banal (sans arrêt de travail)

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Cas clinique n°18 : Infections urinaires à répétition

Mme CH GO, ♀

Antécédents

Femme de 37 ans se plaignant d’infections urinaires (IU) à répétition depuis l’adolescence
résiste à tous les traitements mis en oeuvre jusqu’à présent

Lire la suite dans le fichier pdf...

Retour haut de page

Video cas clinique n° 1 : une mère et ses trois filles

Cas clinique n° 1 : une mère est ses trois filles

Retour haut de page

Video cas clinique n° 10 : 2 cas cliniques dont un de dermatologie

Cas N°AA-1 – ♀, 51 ans

Femme de 51 ans, 2 enfants de 22 et 23 ans

  • A 24 ans, élévation des transaminases idiopathiques. La biopsie hépatique ne montre pas de fibrose, mais évoque une maladie de Gaucher.
  • A 40 ans, la biologie sanguine est normale, y.c. les transaminases (pas d’imagerie hépatique n’est réalisée)
  • A 50 ans, douleurs abdominales, dureté et lourdeur dans la région épigastrique. La biologie révèle :
    • Leuco : 3 [4-10]  VS : 30  Phosphatase alcaline : 442 [50-104]
    • Erythro : 3.6 [3.9-5.3]  CRP : 14  ASAT : 53 [52]
    • Thrombo : 139 [150-350]  GGT : 834 [<39]  ALAT : 39 [<50]
    • Ferritine : 298  CEA : 44.8 [<5]  ANCA : 160 [<20]
    • Marqueurs auto-immuns foie et rhumatismaux nég.
    • Hépatites virales nég.
    • Parasites nég.
    • Tuberculose nég.
    • US et scanner montrent un foie dysmorphique d’hépatopathie chronique dans le cadre d’une cirrhose (non alcoolique) avec signe d’hypertension portale (splénomégalie, voie de dérivation porto-systémique et ascite de moyenne abondance). Pas de lésion focale suspecte du foie.
  • OGD montre des varices oesophagiennes.
  • RX thorax sans particularité.

Cas N° NT-3 –♂, 72 ans : dermatologie

  • 30/03/2017:Adressé par son épouse. Opéré d'un mélanome au niveau d’un oeil qu'il a perdu.
  • Psoriasis du cuir chevelu Dermoval sur ses plaques en bordure du cuir chevelu pour lesquelles il a Globex et mousse Clarelux
  • Pour son visage Coolcream Codexial avec Locatop et Céra Cémose.
  • 04/04/2017 : Une tache sur latéral du nez à droite, avec un angiome qui avait saigné et une tache autour. Le médecin conseille de faire du laser sur la tache ensuite d'attendre.
  • 08/03/2018 : Inspection gale étant donné son précédent de mélanome de l’œil. RAS. Au soleil Daylong 50 ou Actinica. Son visage TB. Il refait la pommade dans une autre pharmacie qui changé de préparateur et cela a été une catastrophe ! Shampoing  Kertyol Pso pour ses oreilles lotion Diprosone sur son visage nettoyer avec Cétaphil Dermalibour Jonctum Effadiane ; le soir crème Ictyane ; le matin si problème Cold cream Codexial avec Locatop Altéance 2+2 huile lavante Xémose ; névrodermie au niveau du bas du dos en rapport avec sa hernie discale ; crème Ictyane lavante et Locoïd.
  • 20/04/2018: visage très congestionné. La crème le fait rougir Mecobion 500 : 2 le matin 2 le soir ; biopsie préauriculaire droite où toxidermie aux gouttes qu'il se met dans les yeux.
  • 03/05/2018 : Au plan histologique l'aspect observé est celui d’un granulome épithélioïde et giganto cellulaire faisant discuter en premier lieu une sarcoïdose plutôt qu'une rosacée granulomateuse.
  • 10/07/2018: Venait pour son résultat d'histo. Pour son visage Locatop avec Cold cream codexial, le soir à 120. Gesticalm pour ses problèmes urinaires dus à son opération de la prostate. Diabète à 1,50 gr équilibré par Metformine
  • 17/01/2019: Radiothérapie pour son cancer de la prostate faire protéome pour ses rougeurs sur le visage et le gel rosex et la crème soolantra.
     

Retour haut de page

Video cas clinique n° 11 : 2 cas cliniques - Alcoolisme - Profil étroit

Cas N°2 – MD – ♀, °12/02/1952

Problèmes actifs:

  • cirrhose du foie éthylique , 11-12-2018
  • hypertension artérielle, 01-01-1996

Cas N°1 JMH –♂, 51 ans

Antécédents :

  • tabac 30 paquets année : poursuivie jusqu'à ce jour
  • fume le joint occasionnellement
  • Pas de traitement en cours
  • Chir = 0

Problèmes actifs:

  • En déc. 2016 : douleur larynx et dysphonie : ablation chirurgicale d'une "excroissance" bénigne de la corde vocale.
  • En 2017 : récidive de la symptomatologie : nouvelle ablation d'excroissance de la corde vocale bénigne à la biopsie. Scanner thoracique normal,
  • Aggravation de la dysphonie avec épisode d'aphonie, asthénie,  douleur nocturne et diurne, dysphagie à la viande : prochaine intervention chirurgicale prévue dans 15 jours au laser des cordes vocales

(retour vers l'ensemble des cas cliniques)

Retour haut de page

Video cas clinique n° 12 : 4 cas cliniques

Cas N°1 Mme V – ♀, 55 ans

  • ATCD:
  • Pneumopathie à 8 a
    • 1982-1983 : anorexie (18 – 19 a)
    • 1997 : accouchement : déchirure du périnée jusqu’à l’anus
    • 2004 : burn out (40 a)
    • 2011 : décès de sa nièce puis de son père
    • Nov 2014 : cure chirurgicale de prolapsus rectal avec rectocèle, utérin et vessie par double promontofixation  (rectale et vaginale)
    • Rhino bronchites à répétition de janvier à mars 2015 (51 a)
    • Infections urinaires à répétition de mai 2015 à juin 2016
    • Juin 2016 (52 a): Cure chirurgicale de fistule vésicale avec ablation du corps étranger intra vésical (perforation de la paroi vésicale par  la bandelette vaginale)
    • Printemps 2018 : perte de poids de 7kg en 1 mois, 12  lors d’un voyage aux Philippines climat (chaud et humide+++ et alimentation végétarienne)
    • Poids 55kg, taille 1m67, IMC 19,7
  • Actuellement, patiente plutôt fatiguée, avec parfois des angoisses et pas vraiment déprimée, plutôt un manque d’entrain.
  • Au niveau physique : récidive  surtout du rectocèle, et du prolapsus rectal. Bilan en cours pour une éventuelle intervention chirurgicale.  Mais devant le risque d’aggravation selon le chirurgien, la patiente n’a pas donné suite. Pratique des exercices tous les jours afin de remuscler le périnée.
  • Quelques douleurs articulaires des doigts si consommation des produits laitiers.
     

Cas N°2 M. D – ♂, 64-65 ans

Cas N°3 Mme S – ♀, 51 ans

Une musicienne atteinte de cervicalgies, tendinites, douleur ép (pathol  liée à la contrebasse ), vertiges,  infections ORL , …

Cas N°4 M. L – ♂, 59 ans

Episode de insuffisance cardiaque congestive avec sub OAP (Oedème aigu du poumon) et OMI (oedèmes des membres inférieurs) survient après le bilan.
Question : aurait-on pu y penser avant ?

(retour vers l'ensemble des cas cliniques)

Retour haut de page

Video cas clinique n° 2 : Bilan CEIA - Allergie - Intolérance alimentaire chez un nourrisson

Cas clinique n° 2 : Bilan CEIA - Allergie - Intolérance alimentaire chez un nourrisson

Retour haut de page

Video cas clinique n° 3 : Fatigue chronique et HDL-cholestérol

Cas clinique n° 3 : Fatigue chronique et HDL-cholestérol

Retour haut de page

Video cas clinique n° 4 : Maladie de Steele-Richardson. Puis un cas d'intolérance alimentaire

Cas clinique n°4 : Maladie de Steele-Richardson. Puis un cas d'intolérance alimentaire

Retour haut de page

Video cas clinique n° 5 : Présentation de 4 cas cliniques

Séance d'interprétation de cas cliniques. Quatre cas ont été discutés:

Cas n° 1 : Homme, 32 ans

  • Antécédents de sclérose en plaque chez le père (et 1 oncle et 1 tante)
  • Asthénie modérée, fatigue oculaire, sécheresse oculaire

Cas n°2 : Femme, 66 ans

  • Suspicion de Waldenstrom ?
  • Echo pelvienne montrant une épaisseur augmentée de l’endomètre à 22 mm.
  • Actuellement sous rituximab

Cas n°3 : Femme 46 ans

  • Adénocarcinome du sein .
  • Finit sa chimiothérapie ces jours.
  • EG excellent actuellement

Cas n°4 : Femme, 59 ans

  • Consulte pour un bilan de suivi après celui de 2003 qui présentait les mêmes caractéristiques
  • 2007-2010 : hyperthyroïdie traitée par Néo-Mercazole pendant 2 ans, puis stabilisée par homéo et acupuncture
  • 2013 : ménopause
  • Actuellement :
    • se plaint de fatigue inconstante, par vague s’épuisement,
    • prise de poids inexpliquée depuis 2 ans,
    • Végétarienne mal équilibrée avec ferritine à 21 et carence en B12

 

2018-02-20 - Webinaire - Bilan Proteomis - Cas clinique

Retour haut de page

Video cas clinique n° 6 : Présentation de 5 cas cliniques

Cas n°1, femme, 47 ans

  • Femme d’affaires très fatiguée, stressée, toujours en déplacement, qui porte toutes les responsabilités familiales … et de son entreprise…

Cas N°2 – Garçon, 10 ans

  • Fils du cas n°1.
  • Enfant très intelligent qui vit dans ses pensées, est bloqué en classe par les réflexions des enseignants. Il est souvent triste.
  • Après avoir vécu à Istamboul où il est né, la famille vit depuis 1 an 1/2 en Espagne, et s'adapte difficilement à cette nouvelle vie.

Cas N° 3 – ♂, 57 ans : Un cas "bizarre" !

  • Homme 57 ans se plaignant de douleurs majeures et invalidantes de l'hémicorps G (cou, épaule, bras, mollet) !
  • A fait le tour des médecins locaux sans résultat
  • Adressé par un confrère qui jette l'éponge début 2010.
  • Sérologie Lyme négative
  • Selles "explosives", gaz +
  • Carcinome prostate opéré en 2016.
  • Cigarettes: un paquet/jour
  • Consommation alcool non précisée mais notable
  • Acouphènes
  • Chvosteck (contraction de la joue et de la partie médiane de la lèvre)
  • Asthénie, Découragement, Pensées suicidaires
  • Le bilan colle parfaitement à la clinique.
  • Bilan endocrinien en cours
  • Rajouté Croton 10g 2 fois /jour
  • Montré entrainement Mindfulness
  • Fasciathérapie

Cas N°4 – ♂, 52 ans

  • Femme hyperactive,
  • Souffre de crises inflammatoires (capsulite),
  • Nausées,
  • Problèmes intestinaux +++ : diarrhées quasi permanentes
  • Fatigue
  • Aucun traitement efficace à ce jour

Cas N°5 – ♂, 62 ans

  • hyperactif et en surcharge de stress du fait du travail,
  • Souffre de douleurs chroniques +++,
  • Crise inflammatoire de type tendinopathie,
  • Les derniers examens sanguins montrent une forte carence en B12 (le sujet n’est pas végétarien)
  • Aucun traitement efficace à ce jour si ce n’est des anti-inflammatoires

 

2018-04-17 - Webinaire - Bilan Proteomis - Cas cliniques

Retour haut de page

Video cas clinique n° 7 : Présentation de 4 cas cliniques

Nous présentons 4 cas cliniques (numérotés de 3 à 6).

Cas n°3 : Femme, 67 ans

  • Consultation :
    • Amaigrissement / fatigue morale & anxiété / fatigue ++ / manque d’énergie / troubles du sommeil – réveils nocturnes
    • Troubles digestifs++ (selles molles et diarrhées chaque jour)
    • Perte de poids récente 1.65m-45kg (passé d’Anorexie)
  • Déminéralisation++ - une ostéodensitometrie ( + de 10 ans) était d’après ses dires limite ( Osteopenie ?).
  • Dévalorisation+++ de sa personne, vulnérabilité au stress++
  • Antécédents familiaux :
    • Arthrose / fragilité cardio-vasculaire (mère)
    • AVC / Dégénérescence cognitive (Alzheimer ?) Père
  • Antécédents médicaux :
    • Appendicite & greffe de peau abdominale (angiome)
    • Anorexie de 1965 à 1973
    • Anémie en 1987 /  Hystérectomie 1989  /  Cancer du sein (chirurgie et radiothérapie) 2008  /  Coloscopie pour polypes bénins + polype duodénum (ablation & endoloop).
    • Mélanose colique (constipation)/ Depuis décembre 2017 diarrhées & selles molles, ballonnements le soir / Peau sèche, ongles striés, chute de cheveux++
  • Traitements : Inipompe (2 mois / = pantoprazol) / Regulatpro metabolic (vitamines-oligoéléments)
  • Placée sous Seroplex & Alprazolam il y a 15 jours environ ( ce qu’elle ne souhaitait pas !!)

Cas n° 4 : Femme, 35 ans

  • Antécédents : Enfant adoptée - Adulte anxieuse / Burn Out en janvier 2015 / insuffisance veineuse / Fragilité immunitaire (sinusites..) / Surpoids 1.63m 72kg.
  • Consultation janvier 2018 :
    • fatigue matinale, troubles du sommeil et douleurs intestinales
    • anamnèse à fragilité psycho-émotionnelle ++
    • essaie d’avoir un second enfant depuis 2 ans, plusieurs traitements hormonaux (stimulation), sans succès.
  • Consultation mars 2018 :
    • nette amélioration de ses troubles digestifs et de sa fatigue matinale mais toujours d’une grande fragilité (voir antécédents médicaux)
    • Consulte un psychiatre en avril 2018 qui a diagnostiqué un Burn out,
    • traitement actuel Seroplex (Escitalopram),
    • amélioration des réveils nocturnes  mais pas des troubles de l’endormissement, reste fatiguée

Cas n°5 : Homme, 74 ans

  • Douleurs à la marche
  • Arthrose lombaire L5S1
  • Intestins transit rapide
  • Selles molles graisseuses
  • Syndrome de fatigue chronique
  • Insomnie
  • Anxiété ++

Cas n°6 : Femme, 47 ans

  • Endométriose depuis 20 ans
  • Mononucléose à 43 ans puis dépression
  • Candida albicans
  • Fatigue
  • Constipation
  • Toujours froid

2018-06-19-Webinaire - Bilan Proteomis - Cas clinique

Retour haut de page

Video cas clinique n° 8 : Présentation de 3 cas cliniques

Cas n°1 : Mme C T (47 ans)

Nombreux traumatismes :

  • Enfance avec un père bipolaire, dépressif décédé par suicide en 1994
  • Agression physique en 1997
  • Nombreux décès au niveau familial (dont 1 par suicide en 2016)

Année 2014 :

  • Asthénie, tendinite calcifiante de l’épaule ayant nécessité une infiltration (cortisone) et entrainée une première insuffisance corticosurrénalienne moins sévère.
  • Syndrome anxio-dépressif.

Mai 2016 :

  • Pancréatite aigue

Octobre 2017 :

  • Insuffisance corticosurrénalienne aigue secondaire à une infiltration (épaule) ayant nécessité une hospitalisation.
  • Cette patiente est toujours sous hydrocortisone (15 mg/jr) à ce jour.

Actuellement

  • Tendance à la constipation, ballonnements… en nette amélioration depuis 2017.
  • Migraineuse, pathologies en ite (sinusite, pharyngite…)
  • Tendinites, lombalgies
  • Fatigue++
  • Anxieuse
  • Addiction aux sucres mais reste vigilante / poids 48kg - 1.53m

Derniers bilans du cortisol sanguin (matin) :

  • Mai 2018 : 100.9 ng/ml
  • Juin 2018 : 74.7
  • Aout 2018 : 68.6
  • Son cortisol est remonté en mars, toujours beaucoup de fatigue matinale à ce jour. Plus d’activité professionnelle depuis octobre 2017.

Arrêt sur sa TSH (dont personne ne lui parle) :

  • Mai 2015 : 1.680 mU/l
  • Janvier 2016 : 2.030 mU/l
  • Novembre 2017 : 2.777 mU/l
  • Décembre 2017 : 2.821 mU/l (T3 3.4 pmol/l T4 9.5 pmol/l)
  • Septembre 2018 : 3.152mUI/l (T3libre 4.1 pmol/l T4 11.0 pmol /l)

Traitement : Cimbalta depuis 2001- suivi par un psychiatre / Hydrocortisone

IRM 06/2018 : Arthropathie dégénérative acromio-Claviculaire

Cas 2. : M. RK (57 ans)

Monsieur est venu consulter en septembre 2017.

Son médecin l’a adressé car il suspectait des phénomènes inflammatoires en bouche qui pouvaient influer son état général.

Le bilan initial était une parasitose buccale avec présence de mycologie. On pense à une contamination croisée avec sa compagne (il ne présentait pas de défauts osseux verticaux : cf. pano.

Patient revu quatre mois plus tard, en janvier 2018 complètement auto-guéri avec le protocole d’hygiène (BIRD) transmis. Son troisième contrôle de flore en septembre 2018 est satisfaisant, avec un petit relâchement technique et une légère inflammation chronique et par secteurs et avec toujours la présence de mycologie.

  • Perméabilité intestinale
  • Tendinites
  • Problèmes surrénaliens
  • TTT en cours : hydrocortisone, DHEA, Injections testostérone

Cas 3. : Mme CH (61 ans) (épouse de M. RK)

ATCD : Cancer sein (opération + radio + chimio)

Vue pour la première fois en janvier 2018.

Elle présentait des signes sur la radiographie d’atteinte parodontale profonde contrairement à son mari (cf. pano).

Le bilan a été positif avec contamination amibienne, et de la mycologie (et flore bactérienne agressive, cela va de soi.).

À n’en point douter elle a contaminé son mari. À son contrôle de mai 2018 les amibes avaient pratiquement disparu et il persistait un problème bactérien et mycologique. En septembre 2018, elle est désormais en phase de cicatrisation avec présence de polynucléaires neutrophiles, une bactério qui se calme et l’absence de parasites (le contexte change, les amibes meurent). Avec toutefois la présence de ghost cells à un endroit (polynucléaires débarrassés de leur ADN... puisqu’ils ont servi de proie… au prédateur peut être pas très loin : parasite). Madame est donc passée de la phase infectée, à la phase aiguë inflammatoire, à la phase chronique de cicatrisation.

Signes objectifs :

  • Prurit épaules
  • Eczéma au visage
  • Goutte
  • Arthrose cervicale
  • Ostéoporose
  • Herpès buccal
  • Bronchite chaque hiver

Traitements en cours

  • Amoxyciline
  • AINS

 

Retour haut de page

Video cas clinique n° 9 : Présentation de 2 cas cliniques

Cas N° 1 : M.A. – ♂, 72 ans

  • HTA depuis 2002 (stabilisée) / Valsartan
  • Sous Statine depuis 20 ans../ Pravastatine
  • Spasmag (sulfate de Magnésium)
  • Modopar depuis juin 2018
  • Deroxat depuis septembre 2018

HISTORIQUE

  • 2008 (62 ans) : Polynévrite sensitive myélinique des 2 membres inférieurs (polyneuropathie)
  • 2011 : déformation bouche (difficulté pour boire)
  • 2013 : Fourmillements pied droit
  • 2014 : Difficulté pour continuer son activité sportive, faiblesse, manque de force (tennis)
  • 2015 : bilan neurologique : Pallesthésie au niveau des 2 pieds et absence de syndrome Parkinsonien.
    Le patient note une main gauche maladroite et une lenteur globale.
  • Mars 2016 : Raideur jambe gauche à la marche+ ballant du bras gauche réduit, conclusion suivi neurologue : Troubles neurologiques d’installation très lente, pas de Parkinson.
    Le patient note des sensations douloureuses au réveil type sciatique + apathie.
  • Mai 2016 IRM : Arthrose C5 C6 sans myélopathie- Akinésie côté gauche, voix monocorde, gestes alternatifs réduits. Parkinson atypique ?
    Mise en place de Modopar
  • Juillet 2016 : Aucune amélioration suppression Modopar - Sérologie Lyme positive (IGg), examen neurologique atypique dans le cadre d’un Parkinson.
  • Oct. & nov. 2016 : Stabilité concernant les troubles : gène motrice asymétrique du membre supérieur gauche, attitude dystonique de la main gauche, akinésie lenteur de la marche+ quelques troubles neuro-psychologiques (erreurs attentionnelles, tendance à la précipitation)
  • Fin nov. et déc. 2016 : Rocéphine 21 jours en IV (Lyme)
  • 2017 : 5 semaines de rééducation intensive sans résultats
    Dat Scan cérébral confirmant la dénervation dopaminergique bilatérale et asymétrique en faveur d’une maladie neurodégénérative de type maladie de Parkinson
  • 2018 : Pas de déficit moteur, absence de crampes, pas de fasciculations pas d’amyotrophie, ni tremblements, motricité oculaire normale, absence de syndrome cérébelleux et vestibulaire.
    • Persiste un aspect dystonique et raideur de la main gauche et du pied gauche + hypoallestesie distale des 2 pieds et remontant aux genoux = Syndrome Parkinsonien
    • Grosse fatigue générale
    • Troubles visuels JUIN 2018 (voit double)
    • Prescription à nouveau de Modopar sans résultat à ce jour

Dernier bilan biologique

  • TG 1.83 g/l
  • Glycémie : 1.35g/l  - HBA1c : 6.4%
  • Bilirubine T : 12.2mg/l    - Conjuguée 1.9  - Libre 10.3
  • TSH : 0.747mUI/l

Cas N°2 – ♀, °1958

Carcinome mammaire, 20-3-2018: adénocarcinome invasif degré III, non hormono-dépendent, absence d'invasion lymphovasculaire, Stade: cT2 cN0 M0.

Antécédents:

  • Hypercholestérolémie
  • Cholécystectomie.
  • Troubles du rythme cardiaque
  • Ménopause 48 ans

Bilans antérieurs à 2018 = en fonction hyperlipidémie et suivi du traitement #$

15/03/2018: bilan au moment du diagnostic

06/06/2018: bilan 2 mois après le début de la chimiothérapie:

  • 12x Carboplatinum / Taxol
  • 4 x Epirubicine + Cyclofosfamide
  • Bonne réponse à la chimio: ycT0N0M0

26/09/2018: bilan après la fin de la chimio (4/9/18) / avant opération subie le 3/10 (mastectomie x procédure Sentinel: coupe congelée peropératoire négative, 2 ganglions axillaires sentinelles négatifs: pN0(sn)).
 

Retour haut de page